dimanche 23 juin 2024

Laissez-la

                                                                 carnet_6597


laissez-la faire   créer l'heure qui lui manque  un faisceau lumineux dans la brume chronique  un filament aussi ténu et inexplicable que la passion  en soi ce qui n'est pas visible  tandis que d'autres parlent sans agir   danser des mains tout le temps   les ondulations respirées  celles qui s'illuminent dans le noir et qui n'ont plus l'âge de l'hiver amoureux  l'été chaleureux revenant par un appel  un appel du sang  se retrouver la nuit avec la candeur  la fleur au ventre et une petite lettre ouverte  je le sais  laissez-la prévoir l'orage   sauvagement  l'orage qui la connait sans fin qui l'emporte dans son propre corps tout doublé d'émois   tandis que des airs enchaînés, contournent, survolent, planent, indifférents à sa nature 

                                                                                  la rampe

 

lundi 10 juin 2024

Salve latente

derrière un sourire, un homme écrit
il est sans amour sans latitude sans papier 
le temps a levé et a marqué l'affection 
il est arraché à la lumière, il survit 
derrière ce sourire, c'est la mémoire du corps
l'absence quand ses bras serrent le désir 
la peur de la mer sur la ligne des hanches
il écrit la nuit avec l'odeur crue des objets
il déshabille lentement les mots dans sa gorge
par les étages et les facettes de sa langue 
je suis là, il ne me voit pas, il écrit 
le charme de ses lèvres refermées
sur les dents serrées du silence


                                                          les larmes ont la parole


samedi 8 juin 2024

Entends-tu, imagines-tu, dis ? — Mohamed Boudia


« Nous déduisons notre esthétique comme notre morale
des besoins de notre combat
»

                                _ Bertolt Brecht


                                                                                   ensemble 
                                                                               

Entends-tu ?

Un jour, tu entends ;
Avec nos bras nus
Et nos poitrines
Où se meure
Le poil gris et terne
De la misère 
Nous donnerons l'assaut
À nos rêves.
et aux Étoiles.

Si tu voulais
Ton poing mêlé au mien
Symbole et défi multicolore
Nous crèverons les vieux nuages
Pour écouter
Les premières notes
De la foi nouvelle.

Imagines-tu, dis ?
Imagines-tu
Le peuple qu' habite 
Le fer, issu des
Éclats de toutes
Les violences universelles ;
Par un seul geste
Remettre en cause
L'existence
Des racines ?

Les banques
En tremblent
Déjà

Poème paru dans l'article « le Chant du paysan » le 1er mars 1963
dans le numéro 4 de
Révolution à l'université

2 JUIN 1973

un geste oublié
un murmure hésité
et le soleil dévorant 
tombe au pied de la muraille
de l'incompréhensible et stupide renoncement au bonheur 

— Poème paru dans le numéro spécial de La Charte, Al Mithaq
éditée par le RUR/FLN Clandestin, « Hommage à Mohamed Boudia » 1973


Mohamed Boudia, Oeuvres 
Écrits politiques, théâtre, poésie et nouvelles 
Premiers Matins de Novembre
Éditions - 2017



mardi 4 juin 2024

L'Espérance et l'homme aux lèvres rouges


                                                                        la gaîté 

C'est le commencement de l'éternité dans les ciels mais une éternité des crimes de guerre. Toute l'infinie beauté des sens ne transparait plus sur les visages, l'on cherche la vérité de l'autre comme l'on cherche un remède à la souffrance. De la théorie, des émotions, de l'espérance, tout est teinté de pourpre et de noir brûlé. L'on n'entend ni les femmes ni les enfants ramasser les restes de leurs chants, et du silence, l'on replie les ciels pour ne plus rien nommer ni l'immanence du sensible ni l'origine.


—Mouvements—


                                                                            la matérialité


L'affection dentelée sous son manteau de pluie, elle est si impatiente de le revoir, déterminée dans sa trajectoire — sa révolution. Elle marche un peu à la manière d'une danse, ses pas sont longs, frénétiques. Le ciseau des jambes coupe la répétition de l'air, elle sent un souffle véloce frotter la peau. Elle voudrait lui dire comment elle ensemence sa propre nature, comment naissent les choses et se fragmentent quand elle aime, comme des divisions de sensations dans tout son corps. Il est presque midi dans l'épaisseur du cimetière du Montparnasse, l'un des ciels aspire l'odeur des fleurs qu'ont laissé les amants de passage. Près d'un banc délaissé, elle s'arrête, sous son manteau une pulsion de vie retentit.  Il arrive, il vient comme une veine jaillie de la première rencontre, il est le mouvement. 


                                                                      l'altérité

des retrouvailles comme les fleurs, la musique, l'émoi,
elle a cherché le lien, sa main son autre main près du ciseau
il n'est pas resté dans la marche,
peut-être un refus peut-être la convocation d'une mesure de l'air,
il n'y a plus que des mots scandés,
un rythme brouillé de désir et de contraste
sous le manteau, les ciels ont changé d'apparence
et la pluie a inondé son corps à elle


                                                                   l'intensité