dimanche 30 décembre 2018

Words in my blouse : masques d'amour

                                                    Patti Smith,  Piss factory
                                                           B-Side of Hey Joe
                                                                     [1974]


       Come in lovely Mummers don't bother the snow
         We can wipe up the water sure after you go
          Sit if you can or on someMummer's knee
                Let's see if we know who ya be
                      TRADITIONAL
                                                                                             
                                                 Venez venez merveilleux Masques qu'importe la neige
                                                                Nous épongerons l'eau derrière vous
                                                           Asseyez-vous si vous pouvez sur un genou
                                                                Et nous devinerons qui vous êtes
                                                                        AIR TRADITIONNEL



My coat reeked, my face sooty with indignant tears. It didn't really matter then. It doesn't really matter now. I can make it matter or not. I can be beatific or dead. I can be bountiful or a shriveled branch. I long to see, to hear that I which I create. The moods storm the impossible sink flushing water the wrong way corkscrew style. I long to hear that I which I made and not outlive it. Not outlive it.
                                                             
                                                                            ⃰
oh stolen book my salvation no crime sweet no scent mesmeric no snow so light than the simple knowledge of you rimbaud sailor face words hidden in my blouse so close to my breast 
                                                                                  — piss factory draft

The years saw me grow long-limbed awkward inexplicably maverick. I sought my kind and found none. How you rescued me.


                                                                                 
Mon manteau empestait, mon visage était tout charbonneux de larmes d'indignation. Cela n'eut pas tellement d'importance sur le moment. Cela n'en a plus aujourd'hui. Tant bien que mal, j'ai survécu. Je peux être au comble du bonheur ou éteinte. Je peux être généreuse ou sèche comme une vieille branche. Je suis impatiente de voir, d'entendre ce que je crée. Mes humeurs agitent l'impossible évier y chassant l'eau en maladroits tourbillons.

                                                                           ⃰
ô livre de mon salut pas de crime plus doux pas de parfum plus entêtant pas de neige plus légère que ton livre volé toi rimbaud face de marin dont je cachais les mots sous mon corsage contre mon sein
                                                                                  — brouillon de l'Usine à Pisse

Les années me virent grandir tout en longueur bras et jambes devenir gauche et inexplicablement à part. Je cherchai ma famille sans la trouver.
Ah ! comme tu m'as délivrée !

                                     
                                      
                        — Patti Smith, Auguries of Innocence / Présages d'innocence
                                          Extrait : Mummer love / Masques d'amour⃰
                                                     Christian Bourgois éditeur
                                                  [trad de l'anglais par J. Darras]

         ⃰ Mummer :   dans le monde rural anglais, personnage costumé et masqué lié à des rites célébrant le retour des saisons.

               

jeudi 20 décembre 2018

                                                                                              [Paris Galliera MMG #62 - 04 mars 2018]
 

dimanche 9 décembre 2018

Tessiture



Dans le fond de l'image ne cherche pas une histoire, il n'y en a pas que je puisse raconter. Le bruissement de l'écriture s'est éclipsé dans les ombres douteuses et en moi-même — en cela, il n'y a que des morceaux de désir-monologue rapiécés. Les feuilles naissantes qui s'aimantaient à la vie et qui soulevaient leurs impressions en se crochetant au galbe du " je " comme s'accrochent les bardanes, se sont éreintées en tentatives de paroles. Elles gisent sur les nappes d'eau puis elles sèchent longuement. Chaque détail cerné dans l'invisible me semble être maintenant un fil rugueux qui sertit ma bouche. Le texte est ficelé, la texture s'étiole. Pourtant, je sens le grain de ma langue