dimanche 24 décembre 2017

Trille frugal


      Soudain au ventre
              le tambour du feu
             mêle son air centaure
      à la crudité de ton auge d'eau
             candi sur la douce du thorax
           — je me hâte de rentrer - la nuit
       provoque la notion de la lampe
     en rigole sur l'affleurement
     des pas montés au coeur
     tournure chevrotante
       ..., restes en selle !


mercredi 20 décembre 2017

Le vivant Éros énergunème / antre de la Sibylle



                                    Un ange coupé en deux par un coup de canon,
                               et dont les deux parties se rejoignent incontinent.
                                                                                 
                                                                                                Voltaire


                                                                                    ◊


                              Depuis leur histoire, je vois ces forces
                              Élire peu à peu une réalité où nous devons
                              Entrer. Cette forme désormais dans le champ
                              Dont je le reproche de grignoter le monument
                              Fais-lui assaut, ou dans quels domaines
                              Se pourrait-il qu'une nuit je la visse passer
                              Même ( comme elle l'évoquait un soir ) vêtue
                              De deux ou trois choses saines et peu coûteuses
                              De moi, séparée de moi, gouffre par coeur/
                              Pendant 6 mois      mais d'abord une semaine
                              La plus grande partie de ce qu'elle a d'étroit
                              Est une mauvaise pitance à casser par le milieu
                              Encore qu'elle soit toujours prise sous le
                              Calque de son parfum, encore que ce soit elle
                              Qui me dise d'éteindre ou d'allumer/


                                                       _ Denis Roche, Éros énergunème
                                                                  suivi du poème du 29 avril 62
                                                              Poèmes, Collection " Tel Quel"
                                                                          [Éditions Du Seuil]



                                                       J'ogive pour toi - je grandis la vue
                                                     toi ma reprise en spirale et l'exception
                               tu ne connais pas le terme, ce n'est que le début !




vendredi 15 décembre 2017

Première scène




Le bruit des lettres vient délicatement s'échouer sur la baie et la baie est formelle, le souvenir d'une eau durable a une consistance indissoluble. Première femme porteuse d'ondes ou femme née des contractions du temps, il y a toujours une ombre qui fait tanguer la certitude. Le bruit recommence. Il est incessant et il est la maturité. Il filtre goutte à goutte, point par point, une encre diatomée que ses propres réflexes enserrent. Première instance d'après la nuit songeuse sous la lie, premier enlèvement de mots sur un amour.



dimanche 10 décembre 2017

( D'où s'animent ) les collines


Coupe du contrefort
    — poésie faucheuse-lieuse — eux
 bluet amoureux ( l'allitération aussi courte s'en revêt )
et soulève les langues arborescentes talus de tête
 écoute encore la brindille drainée du jeu
         perpétuel souffle ou comme nous
   ce culminant d'eux-d'âme saillie



dimanche 3 décembre 2017

Petite ceinture

                                               
                                                  Sur la jetée froide
                                              couverte d'abîmes à échelles
                                           elle est le dernier vestige de l'abandon



samedi 25 novembre 2017

Le rythme seuil




                                                        Jen Cloher, Analysis Paralysis
                                                                                [2017]


Quand tous auront contemplé la noble créature, vestige de quelque époque déjà maudite, les uns indifférents, car ils n'auront pas eu la force de comprendre, mais d'autres navrés et la paupière humide de larmes résignées se regarderont ; tandis que les poètes de ces temps, sentant se rallumer leurs yeux éteints, s'achemineront vers leur lampe, leur cerveau ivre un instant d'une gloire confuse, hantés du rythme et dans l'oubli d'exister à une époque qui survit à la beauté.

                                                     _ Mallarmé, Le phénomène futur
                                                                                  [Poésies]

vendredi 24 novembre 2017

Cavale sur la terrasse


                     Hisser la coulisse.
                                  Il n'y a aucune autre panacée plus incisive que notre permanence d'amour. Forme trépidante quand nos cahiers se chargent de rayures profondes, et quand l'indicible au-dedans stimule le don. L'un à l'autre est le courant, des tours unis sur les pointes, — je ne sais pas écrire autrement cette vision — , un lieu intérieur à quatre facettes deux mains une animalité. Les ombres décrivent une histoire, belle figure cabrée d'obstacles dans le sens unique du déroulement. (...) J'entends les paupières de la première fois. Si les lettres de notre allure devenaient fugitives, alors nous chevaucherions l'étant-là comme des messagers ravis. Et nous nous attendrions. Silence la patience. Tranquillement qui sait.


                                   

lundi 20 novembre 2017

La masse de l'étoile ( Anvers )



                                 par nos griffes une voie piquée dans le ventre
                               distance lumineuse mais aussi grandeur précise
                                    cette équation sensuelle dans l'amplitude


                                     

samedi 18 novembre 2017

Entrebâillure


Sois, la femme d'une vie
         dans un éclat de roche
c'est elle ta langueur dans le miroir
fracas d'amour entre les raies
et la nappe concave autographique
gravure embuée puis porte polie
en toi ou parce qu'en elle
de fière vicissitude
vous serpentez le manque
  du jeu d'hiver entre faits menus
  la disposition arrière des larmes
  une tendance converse au retour
     — ne vois pas de mise en scène
  c'est un recommencement en hélice
  sous la tenture pleine mais dévorante
  de ton double manteau d'encre
         rien prend à l'amour
         le chevron infusoire
         des uniformes chavirés
   



dimanche 12 novembre 2017

Le portant clair de novembre ( et le mythe de Barthes )


novembre, MMM #3 Bruxelles
                                        
                                 Le message est épais, ma source est astringente, 
                                                je suis entrée par le désir clé du langage
                                                                        

                                                                                    ◊

Qu'est-ce qu'un mythe, aujourd'hui ? Je donnerai tout de suite une première réponse très simple, qui s'accorde parfaitement avec l'étymologie : le mythe est une parole .  (...) On m'objectera mille autres sens du mot mythe. Mais j'ai cherché à définir des choses, non des mots.
                                                 _ Roland Barthes, Mythologies
                                                          [Le mythe, aujourd'hui]



mercredi 8 novembre 2017

Au bout du quai (K.)



                                              Jour truand jour non réfléchi
                                              retrouvailles ponctuées.
                                              Jour en mon entreprise
                                              ascenseur dans ta voix.
                                              Jour et nuit glissant
                                              loi non sanglée.
                                              Jour fendu dans le col
                                                          là je me niche.
                                              Jour qu'il faut toucher
                                              rivière mon bassin.
                                              Jour non calculé
                                              de notre origine.
                                              Jour poudre sans fard
                                              manchette ouverte
                                              hauts nus les êtres
                                              la passante.
                                                              Jour sortie.




mercredi 1 novembre 2017

Adieu à l'impasse : plat de devant





Imparfait ou rauque if


Le vent dictait son oracle
des portées branlantes
sur la double cime
moire belladone
      il se répétait
      il touchait
      le vestige
encore une secousse aux yeux
et la sente de la faiblesse au rêve
pour concourir au même souffle



mercredi 18 octobre 2017

Illégitime




Le frottis court ( en tête )


         Les deux mains senties contre le visage
                 plus qu'une suite enveloppante appelés nous
         autres nous - différents
                 la vision parlée du tact
                 j'ouvre enfin le corps des parenthèses



samedi 14 octobre 2017

Muurwerk, la lune éclaire ruelle de l'aurore


                                                      Muurwerk, Bruxelles 1986

                              Réalisation : Wolfgang Kolb
                              Chorégraphie / interprétation : Roxane Huilmand
                              Film : Philip Maendly
                              Son : Ricardo Castro
                              Musique : Walter Hus
                                                      [Belgique / Pays-Bas]
                                                   



                                                        La parole est une hystérie
                                                  qui relève de la frustration
                                                  qui par ailleurs la compense.
                                                                            Vous êtes si loin.

                                                                    _ Sophie Podolski,
                                                              Le pays où tout est permis
                                                                      [Belfond, 1973]




vendredi 6 octobre 2017

Guipure



                                   
                            Elle était un rideau en rouleau dense sur le mur
                         j'ai longtemps cherché comment dégrafer son corset
                              une par une les croches noires sur le fourreau
                                   sa carnation ne finissait plus son soulèvement
                                   les cartes satins étaient figées dans le corridor
                                   et les balcons à lourde échelle sifflaient
                                            l'épouvante
                                            femme séquence
                                     
                                      mais quand ses bras ont loué les vaisseaux
                                      les pavots d'orient ont envahi son corps
                                                   
                                            elle invoque le parcours
                                            j'invoque la sève des plaies
                                                       
                                      la rame couveuse de passion
                                      des images mises en pièces sur mes failles
                                      des espaces abreuvés par nos flots
                                      désordonnés courants
                                      un air de nuit caressée
                                            plus d'attelle


                                                   
                                                     

mercredi 27 septembre 2017

Papillons de nuit : il vit l'absence, je vis la sienne



                                                    il vit l'absence, je vis la sienne 

                                                                          
                                                                                ◊    
             
         

zwei liebende Motten zusammen
handtellergroß vier entfächerte
Fächer schwarz und grau
mit gelben Punkten sie fallen
schwarz herunter von Decke zu Decke
fallen ohne sich zu trennen



                                                au plafond de ma chambre accolées
                                                deux phalènes amantes
                                                grandes comme une paume quatre vantaux
                                                d'éventails noirs et gris
                                                avec des points jaunes elles tombent
                                                noires de plafond en plafond
                                                tombent sans se désunir




                 _ Helga M. Novak
           Nachtfalter/papillons de nuit,
          extrait du recueil Wo ich jetzt bin, in Chaque pierre orpheline,
          traduction de l'allemand par Élisabeth Willenz.
          [Éditions Hochroth, Paris, anthologie bilingue conçue par D. Kraus, 2013]


                                                                             

lundi 25 septembre 2017

La boucle en bouche



         Ils se nantiront alors
         du regard passé sur la bouche
         un premier temps pour l'aveu
         et puis un regard débutant

         elle portera l'ébauche
         — défilée du trousseau
         maestria des voies maçonnes
         une posture à manquer la parade
             il trouvera l'expérience interminable
         et il voudra ardemment la lire
         décachetée — défaisant
         la cause nappée sur leur langue
         beau est ce qui ne se gagne pas ni se perd
         — insatiablement elle nourrira le jeu

         et comme les vivaces
         au calice ou douce-amère
         soulevant des origines labiées
         ils embrasseront en boucle la laize




vendredi 22 septembre 2017

Tout pli vient d'un pli, plica ex plica ‖ Merci pour les femmes étreintes


Merci pour les femmes étreintes

Se divisant sans cesse, les parties de la matière forment de petits tourbillons dans un tourbillon, et dans ceux-ci d'autres encore plus petits, et d'autres encore dans les intervalles concaves des tourbillons qui se touchent. La matière présente donc une texture infiniment poreuse, spongieuse ou caverneuse sans vide, toujours une caverne dans la caverne : chaque corps, si petit soit-il contient un monde, en tant qu'il est troué de passages irréguliers, environné et pénétré par un fluide de plus en plus subtil, l'ensemble de l'univers était semblable à " un étang de matière dans lequel il y a des différents flots et ondes ".
                             
                                         _ Gilles Deleuze, Le pli - Leibniz et le baroque 
                                                          [Les Éditions de Minuit]


samedi 16 septembre 2017

Clignement



                                          Maintenant la trame recouvre le plateau
                                       du plat imaginaire jusqu'aux lèvres passées
                                            une gorge cligne son premier amour


                             

The Hollow Men ( Erasures and Displacements )





                                   V
                                 (...)
                        Between the conception
                        And the creation
                        Between the emotion
                        And the response
                        Falls the Shadow

                                                                       Life is very long

                       Between the desire
                       And the spasm
                       Between the potency
                       And the existence
                       Between the essence
                       And the descent
                       Falls the Shadow
                                (...)



                                               _ T.S Eliot, The Hollow Men
                                                                       [Selected Poems]



mercredi 6 septembre 2017

Rosat



Je prends le temps d'affiner le mur des chairs, c'est la sensibilité inimaginable de m'entendre mieux. J'écris l'unisson à la première personne, ce qui se cisèle dans le sens des accords. Les falbalas désincarnés n'ont rien à voir ici, je me parle vers toi transformée en une végétation harmonique et lacustre dans un sablier et tu m'entends-là mieux. Un instant balsamique et odorant que j'aimerai dire pour le détroit invisible de nos génies impétueux.


lundi 4 septembre 2017

vendredi 1 septembre 2017

L'armature


il me manque
la texture entre ces plis
le premier trait considérable
le geste initial qu'ont les organes
à faire souplement le noeud
dimension démaillée


samedi 26 août 2017

Tarlatane




                                     L'arme est belle
                                     la terrasse perd ses fleurs
                                     filaments dénudés dans le fond
                                     comme le dernier arrêt - la descente
                                     poudre l'horizon ou le vers libre !
                                     ( je m'entends dire le trouble ) 
                                     Elle est éclatante
                                     et elle parsème le corps
                                     ô semis de nacre de réalité
                                     la nuit s'est entendue sans qu'elle lise
                                     la mort intacte de tout son être (...)
                                     L'original ne se dérobe pas.
                                     Dans un soupir lunaire
                                     comme l'éclipse d'une filature
                                     les éclaircis fument le sens caché
                                     les ombres partent avec les griffes
                                     sens ce qui t'est pli dans l'air ! 
                                     — c'est un vacarme visible
                                     sur des toiles ouvertes.



mercredi 23 août 2017

jeudi 10 août 2017

Winterreise (écho au joyau à Mehringdamm)



                                                                  Mehringdamm
                                                synchrones dans les paroles des allées
                                                     mon bijou n'est pas un bijou


                                                                                 ◊


Les uns déclinent tout ordre, les autres ordonnent. Cet ordre ne faisait état de rien, ni de son origine ni de sa visée. Seuls les papiers font état d'identité, de cet état on n'expulse personne, il ne manquerait plus que ça. Nous ne sommes pas envieux du bonheur des autres. Nous remplissons des ordres, faisons état d'ordonnances, ordres d'interner ceux qui devraient en réalité être expulsés. Nos sifflets conspuent même le pauvre réfugié. Et ça ne suffit pas. Le vent joue à se tripoter, le vent veut aussi s'amuser, il vient, il jouit !,ça lui vient, ça gémit, ça gémit. Quelque chose cliquette par ici. On pare la mariée. Comprenez-vous ce que ça signifie, on pare la mariée ?, pour qu'elle semble plus riche et que quelqu'un lui plante une enseigne, je veux dire, quelqu'un lui implante la vérité ? Mais derrière la vérité se planque toujours quelqu'un, derrière la vérité se cache toujours une tête bien faite qui au bon moment la retient.

                                                   _ Elfriede Jelinek, Winterreise, 
                                            Traduit de l'allemand (Autriche) par Sophie Andrée Herr
                                                                [Éditions du Seuil]


samedi 5 août 2017

Loupe de perle


Une perle pleine tombe
sa soif d'hier caresse le macadam
ainsi la sensation tue le besoin
dans sa bouche grenat acide


jeudi 3 août 2017

Viel zu erzählen




 Et déjà le manteau roule sur le corps
 c'est comme ça que les fibres se pelotent
 au retour lent d'une carte maculée d'infimes
 les impressions cardées n'ont pas de forme
 c'est comme aussi écrire le poème
 tout de liquide - chronique éclaboussante
 au tout qu'il faudrait habilement broder
 des embruns de miroir
 du conte mirifique
 étirer la litote 



vendredi 28 juillet 2017

jeudi 20 juillet 2017

lundi 17 juillet 2017

Le justaucorps


La lettre est pliée
une ellipse peut être
virevolte au déploiement
       elle : induit deux caractères
le regain pour l'astre parlant
l'élévation les yeux ouverts


dimanche 9 juillet 2017

Louve basse : l'infime nuance



                                     ... je t'ai déclaré l'infime nuance bien vivante

                                                                                ◊
                                                                           
C'est un brillant venteux matin à demi-lune bleu-de-Chine dans le ciel et Ariane dormant s'abandonne délicatement au sommeil, étendue sur le lin, et des amours ailés veillant autour d'elle ( " Le chemin qui mène de l'éthique à la politique est parsemé de cadavres " ). On devine le silence du paysage fabuleux : l'île de Naxos, l'exotisme théâtral d'un sphinx de pierre et des constructions qui servent de fond. Une nature minutieuse et recherchée, faite de touffes, de feuillages, de cystes, d'autres buissons épineux, accentue encore l'impression désastreuse de la scène. Tout ce qui décore les murs est placé à la hauteur des spectateurs, l'espace semblant ainsi se dilater au-delà des arcades et des colonnes, donnant l'illusion d'un horizon lointain et clair dominé par des galeries, des arcs de triomphe et des pyramides. Une lubie de masse, à quoi nous mène ce boulot plus la vue plongeante, depuis la pièce où j'écris, sur le jardin de l'Institut des sourds-muets.

   Gombrowicz :
   " Lui avec une jambe nue et elle avec une jambe nue. "
   et plus loin :
   " ... ignoriez-vous ce détail de ma biographie ? "

   Ecrivains engagés, avec vos dos ocellés, la photo vous départagera.
   Comme les " yeux " sur le bouillon.


                                               _ Denis Roche, Louve basse
                                                       [Éditions du Seuil]


                 

lundi 3 juillet 2017

dimanche 25 juin 2017

Rafale


Un papillon se tient à mon âme
des lettres drues et des silences
en suspension.
   Le col de ses lèvres dans la cadence
        épelle un signe et s'en retourne
        flore-fière-fileuse générosité
         ‒ un vent puissant me gifle



lundi 19 juin 2017

Life, life : And This I Dreamt, and This I Dream



                                                          Ryuichi Sakamoto, Life, life
                                                             Poem : Arseny Tarkovsky
                                                                 Voice : David Sylvian
                                                                 [Album : async, 2017]




And this I dreamt, and this I dream,
And some time this I will dream again,
And all will be repeated, all be re-embodied,
You will dream everything I have seen in dream.

To one side from ourselves, to one side from the world
Waves follows wave to break on the shore,
On each wave is a star, a person, a bird,
Dreams, reality, death - on wave after wave.

No need for a date : I was, I am, and I will be,
Life is a wonder of wonders, and to wonder
I dedicate myself, on my knees, like an orphan,
Alone - among mirrors - fenced in by reflections :
Cities and seas, iridescent, intensified.
A mother in tears takes a child on her lap.



                             _ Arseny Tarkovsky
                            From : Life, life. 1965


             

dimanche 18 juin 2017

L'attente l'oubli ( expression de biais )


Expression de biais 
                                   

                              Deux paroles étroitement serrées l'une contre l'autre,
                                                                      comme deux corps vivants,
                                                           mais aux limites indécises.
                       

                                                        _ Maurice Blanchot, L'attente l'oubli


Feu tubulaire


Les platanes tombent le fuseau fumant de leur robe
odeur cuite du départ, des braises désarticulées du désir.
Et la tendresse ? demande le plus haut des bancs
― réfugiée ( par morceaux ) dans le jardin des plantes
étrange captive à je ne sais plus, les jambes sagaces.
L'attente flanelle vit toujours dans l'ombre
ultime place - étrange soulèvement
qu'aucun feu olympien ne brûle
à plus encore dans le tréfonds. 



lundi 12 juin 2017

dimanche 11 juin 2017

Vélum ou être



Être à l'intérieur du tout
y être là sans attente lente
ventricule rosée, ardeur et prélude
sur la dure-mère du rebord. 
(virage par-devers soi) 
Les battements sont innés
les longs échos sont indicibles
une touche transversale au charbon
et l'incandescence fendille le doigt. 
Être la roche physique
née d'une première syllabe
perçue par le premier homme
au retour cendré d'après sismique.




vendredi 2 juin 2017

Imago à l'ultra-violet ( réactivité )



                                                         Tourment levé
                                                projection sur son échine
                                       domaine de l'affect en masse de conscience
                                               l'azuré dans son indiscipline
                                                    glane l'amour donné.




mercredi 24 mai 2017

vendredi 19 mai 2017

Coeur d'eau


Au dernier pont soulevé la passion bruisse
comme des ricochets sous-entendus sur la mer.
Au premier rebond la passion encline à la vitesse
au second lancer retour de passion dans la coquille.
L'étendue prend les sursauts et les rejette à la surface
mais ce qui est coeur d'eau est intouchable.


dimanche 14 mai 2017

Carbon ( from Light : Blue Poles )



                                                Trentemøller, Where The Shadows Fall
                                       Vocals : Marie Fisker. Live in the KEXP Studio
                                                         Recorded March 11,2017



              On into otherness ?
          are we in the world after or before 
          are we or are we not magnetic force 

                      _ Inger Christensen
                    from Light : Blue poles
                [Translated by Susanna Nied]



vendredi 12 mai 2017

dimanche 23 avril 2017

Reprise de dune


Face-à-face dans les limbes
ma joue sans toit se creuse
― la sensation est concise
trouve l'éminence sableuse
vois l'enfoncement du point
infusé jusqu'aux souffles
de la force du tumulte
glissé entre les doigts
― dévide l'écheveau.



Herbe à femme : cultiver





mercredi 19 avril 2017

En portefeuille


La bretelle rabattue je dévisage l'attente
dans le reflet crayeux et faiblesses imbriquées
des fenêtres sur un corps dans le pavillon.
Facettes dentelées du paravent originel
d'une louve en cadre sous une apparence
et la maudite élégie de ses complaisances
_  je voudrai encore remarquer le rythme.
La tresse brune s'est défaite avec le vent fort
derrière tous les carreaux du prisme oscillant
mais les vertiges sont sourds à l'émoi
et au ganse déniché qui hurle l'amour.
Dès l'instant à la main les mèches éparses
recouvrent le jour pli à jour proche.



samedi 15 avril 2017

Émulsion de fait




                                                          Sonic Youth, Massage the History 
                                                                      [Album : The Eternal]



              Les mots se dressent dans notre bouche
                 sans que nous puissions malgré le coeur
                         les apprivoiser au désordre



L'emblème écarlate : réserve tactile





mardi 11 avril 2017

Éolienne


La liane au ventre
fait un bruit de chaînette
des clignements dans ses yeux

découvrir le souterrain
les douceurs sur la cale
dérober la scène

( introspection )

coulisse
sentir la marge
derrière les organes
jusqu'à l'irrigable
étroitement

La liane est un trésor tourmenté
une obstination en bataille
qui n'est plus la même




vendredi 7 avril 2017

Sur la photographie : La caverne de Platon par Susan Sontag ( Dédoublement )



Une photo est à la fois une pseudo-présence et une marque de l'absence.
[...]
Une signification nouvelle a été donnée à l'idée d'information par l'image photographique. La photo est une mince tranche d'espace autant que de temps. Dans un monde où règnent les images photographiques, toute limite ( " cadrage " ) semble arbitraire. Tout peut être séparé de tout, rendu discontinu : tout ce qu'il faut, c'est cadrer le sujet différemment. ( Inversement, tout peut être rapproché de tout. ) La photographie renforce une conception nominaliste de la réalité sociale, qui serait faite de petites unités en nombre apparemment infini, de la même façon que le nombre de photos qui pourraient être prise d'un objet quelconque est illimité. Par l'intermédiaire des photographies, le monde se transforme en une suite de particules libres, sans lien entre elles ; et l'histoire, passée et présente, devient un ensemble d'anecdotes et de faits divers. L'appareil photo atomise la réalité, permet de la manipuler et l'opacifie. C'est une conception du monde qui lui dénie l'interdépendance de ses éléments, la continuité, mais qui confère à chacun de ses moments le caractère d'un mystère. N'importe quelle photographie est chargée de sens multiples ; en effet, voir une chose sous la forme d'une photo, c'est se trouver en face d'un objet de fascination potentielle. Au bout du compte, l'image photographique vous lance un défi : " Voici la surface. A vous maintenant d'appliquer votre réflexion, ou plutôt votre sensibilité, votre intuition, à trouver ce qu'il y a au-delà, ce qui doit être la réalité, si c'est à cela qu'elle ressemble. " 


             _ Susan Sontag, Sur la photographie - Dans la caverne de Platon
                                     Traduit de l'américain par Philippe Blanchard
                                             [ Éditions Christian Bourgois ]



lundi 3 avril 2017

La chambre radiante


Quand tu te réveilleras dans cette autre chambre, bien plus radiante que le dessin dévoré d'une mousseline d'affection, ta rame creuse cédera au sabre et les habitudes seront éthérées comme un lit défait.


lundi 27 mars 2017

Persienne ( pour la hampe )


                  Ta sève tente l'essor
                  arpente la nuit soulevée
                  en pierre de sang

                  (fer)
                 des coulées
                 brûlantes
                 sur la voûte

                 empresser le pas
                 le coeur filant
                 vient

                 à mon odeur
                 entailler le goût
                 pour lécher le suc

                 (bois)
                ma pièce s'étend
                dépeinte par l'axe
                ténu des salives

                 (nuance)
                après l'écoulement de l'arbre
                glisse ton ombre dans la claire-voie
                l'imaginaire est une passerelle subtile

             
                 

mercredi 22 mars 2017

La larme d'Herta Müller sous la frange


La frange sur l'anneau



Le papier de soie blanc froufroute dans la boîte.
Sur le papier une larme en verre.
Avec un trou dans la partie supérieure.
Dans son ventre un sillon.
Sous la larme un billet écrit par Rudi :
         " La larme est vide.
            Remplis-la avec de l'eau. De l'eau de pluie de préférence. "


        _ Herta Müller, Der Mensch ist ein großer Fasan auf der Welt
                   L'homme est un grand faisan sur terre. [La larme]
                               Traduit de l'allemand par Nicole Bary


dimanche 19 mars 2017

La baie

Il est déjà tard
un homme révèle une femme
il prend sa taille indécise
la croque d'une baie
béante sans âge
il est tard
déviant


samedi 18 mars 2017

Seda cruda


                                                           Lhasa de Sela, What kind of heart 
                                                                     [Album : Lhasa, 2009]



              En aquest punt les onades començaren a encabritar-se.
Una de mès ardida es desféu contra el vaixell deixà gotes d'aigua en el front d'Ala Liz i en les seves parpellesque s'abaixaren.
                                 
             À ce moment-là les vagues commencèrent de se cabrer.
L'une d'elles, plus hardie, fondit sur le navire et humecta le front d'Ada Liz
et ses paupières qui se baissèrent.


                     _ Mercè Rodoreda, Semblava de seda i altres contes  [ Ada Liz ]
                                     Comme de la soie. Traduit par Christine Maintenant



La devise et l'enroulement dans la langue : Maria Mercè Marçal et Leonor Fini


Leonor Fini, L'enroulement du silence. 1955


                                          DIVISA

                                          A l'atzar agraeixo tres dons : haver nascut dona,
                                          de classe baixa i nació oprimida.
                                               I el tèrbol atzur de ser tres voltes rebel.


                                          DEVISE
                                          Je remercie le hasard de trois dons : être née femme,
                                          de basse classe et de nation opprimée.
                                               Ainsi ce trouble azur de me faire trois fois rebelle.


                                                        _ Maria Mercè Marçal, Trois fois rebelle
                                                                  poème traduit par Anna Serra
                           
         

                                                   
                                                                  Levée douce avec elles deux
                                                                  sensualités franches langues de chat
                                                                  une combinaison immortelle
                                                                  décroisement des errances.
                                                                  Prosopopée



vendredi 17 mars 2017

lundi 13 mars 2017

La valse des sens


Humain amour
illusions blanches
la liaison est si belle
écarlate de ses propres sens
au banc d'épines à haut les coeurs
eau-forte de la correspondance
nivelle les corps empêchés.
Il n'est de pesant dans ma voix
qu'un souvenir du contre-jour.
Je suis dans le commun du canal
en portes écoutées et ponts inlassables
écluse cavalière pour te rejoindre
de nature je crie à fleur au fond
et tu te hasardes en demi-tour.



dimanche 12 mars 2017

lundi 6 mars 2017

Une brève histoire des lignes de Tim Ingold - Maia


                                   Les murs étaient des gratte-ciel sans dehors
                             les femmes serraient leur taille comme le vertige
                             mais les bons jours souriaient avant toute mesure
                             d'une conception en escalier pour se perdre.
                                  J'ai fait des liens sur l'échiffre
                                  de ce que j'ai lu sur la veine de Maia
                                  une trace - le présent - un ouvrage
                                  ce qui était à hauteur tangible.
                                                                          
                                                                              ◊

On ne peut évidemment pas se contenter de voir la surface comme une toile de fond conçue expressément pour que des lignes s'inscrivent dessus. Car tout comme l'histoire de l'écriture s'inscrit dans l'histoire de la ligne, il ne peut y avoir d'histoire de la ligne qui ne soit aussi celle des rapports, fluctuants, entre les lignes et les surfaces. [...] 
                                                       _ Tim Ingold, Une brève histoire des lignes
                                                                traduit de l'anglais par Sophie Renaut
                                                                        [ Éditions Zones sensibles ]



vendredi 3 mars 2017

Tant qu'il y aura la poésie par Christian Prigent ( et le juban )



                                                 faire déjà la figure d'une montagne
                                                  souligner la force moite de la pente
                                                         un juban en forme de chaos
                                                       
                                                                             
                                                                                       ◊
 
_ Tant qu'il y aura ça, au moins ça ( c'est-à-dire qu'il y aura du parlant, de l'humain, de l'humain inquiet ), il y aura une exigence de "poésie". Et d'abord bien sûr contre la poésie, dans le meurtre de la poésie, dans la poésie comme mise en cause de la poésie.
Et dans des formes bien évidemment imprévisibles. Dans des formes qui ne seront  jamais que des trous d'indéfinition dans les formes sues, les images fixées, les codes appris, les objets labellisés " littéraires". Des formes qui feront difficulté et rupture parce qu'elles décideront justement d'une impossibilité de clore, de conclure, voire de faire "oeuvre". Des formes qui mettront à chaque fois la littérature en crise. Des formes qui seront quelque chose comme le nom de cette inquiétude qui pousse à ne pas se contenter de l'expérience du monde telle que la fixe la langue que nous parlons ensemble mais à re-présenter et à piéger cette représentation - à la refaire.
                                                   _ Christian Prigent, À quoi bon encore des poètes ?




mercredi 1 mars 2017

Pardessus



                               Les uns dédaignent la fibre, les autres brûlent le baiser.