mardi 9 juin 2020

Les vagues nous ont libérées

                           affranchie             au plus profond                 

affranchie                                     d'écrire sans relâche
affranchie                                     des lames verbales

affranchie                                    du filet sous la peau
affranchie                                  des filaments invisibles

affranchie                                  dans la mesure rompue
affranchie                                   sur un rythme écumé
affranchie                                     du toujours absolu

affranchie                                     de la phrase idéale
affranchie                             du tourment générationnel
affranchie                                     du désastre tangible

affranchie                               du blanc dans mes yeux
affranchie               ╬            du blanc dans ma bouche
affranchie                              du vitreux dans leurs yeux
affranchie               ╬           du faux dans leur bouche

affranchie                                         des leurres
affranchie                                       des langueurs

affranchie                                  de l'eau montante
affranchie                                sous les mots gluants

affranchie                                définitive incertitude
affranchie                                    des sensibilités
                                  ╬
affranchie        ╬╬╬╬                          de la poésie
                                  ╬╬                          de son pouvoir
                                  ╬╬                     de son intimité
                                  ╬                    de sa nature morte
                                                     de son pendule hostile
                                                 de la lumière électrique
                                  ╬                    c'est ça au fond
                                       
           

     les vagues se lisent sans l'effort d'un sens et de l'attente

                    « les vagues nous ont libérées »



samedi 6 juin 2020

Éléments d'anatomie │ ces pellicules là des émotions

            

              La peau est une invention ingénieuse mais superficielle.
              La rapidité avec laquelle elle se répare est merveilleuse.
Tous les accrocs qu'on y fait, et il y en a sans cesse — menues coupures, égratignures — se recousent d'eux-mêmes, aussitôt, comme par magie.
Dans cette hâte se perçoit la sourde volonté de dissimuler les dessous, qui se doivent de rester secrets. La peau ne souffre aucun défaut.



              Elle enveloppe parfaitement le corps dont elle prend l'empreinte, enregistrant ses plus légers reliefs, se creusant de douces cuvettes, se déployant en surfaces soyeuses, se compliquant de fines stries, analogues à celles que creusent les vagues sur les plages. On a beau la caresser, comme on lisse un drap, on n'arrive jamais à la défroisser tout à fait ; en particulier aux abords des orifices où elle se révèle plus fine et plus délicate que partout ailleurs : sa consistance change ( elle est plus souple ), sa texture se complique ( elle est sur le point de devenir muqueuse ), sa couleur s'obscurcit ( entre le rouge et le violacé ). Rien n'est plus sensitif que ces fleurs de chair toujours au bord d'un frémissement.


             Sur la plage ultra-sensible de la peau vient s'écrire l'infinie variété des émotions. Certaines d'entre elles ont l'aspect d'un nuage de sang, retenu dans les profondeurs de la chair et qui remonte d'un coup à la surface du visage pour l'empourprer. Écrire est beaucoup dire car ce livre qui n'a qu'une seule page, rose et continue, demeure toujours vierge : les mots ne s'y inscrivent que pour s'effacer peu après.
             On ne pouvait trouver mieux que le mot pellicule pour désigner le film photographique : c'est une petite peau, en effet, qui révèle aussitôt, sans rien cacher, ce qui l'a impressionnée.


                                                   _ Gérard Farasse, Belles de Cadix et d'ailleurs
                                                                                [Éléments d'anatomie]



Pellicule # 01│05 - série photographique " femelles en châsse " │juin 2020




lundi 1 juin 2020

mercredi 27 mai 2020

Synopsie



⌠ l'instant d'après
elle se réveillera
le corps plus léger
qu'une goutte de pluie
le corps désamorcé
vers le ciel clair ⌡


                                   midi - minuit
                                   couleurs séparées   
                                   le journal feuillette
                                                                 ses membres
                                   le soleil tombe
                                                                 en filets
                                               
                           
               lentement
               la scène commence
               dans une salle en voûte
               point de vue d'intimité
             
               une femme roule
                                                               sur elle-même
               l'existence obturée
               sur ses lèvres :
         
                               « je presse le sentiment imparfait au sentiment présent ! »


⌠ traversée paludéenne du territoire secret
à l'arrière du songe là où l'imaginaire fredonne
les caresses échevelées se sont évanouies
mais elle - elle ne le sait pas encore⌡
             
           
               en une nuée blanche
               c'est un adieu à la nuit
               la voûte rejette l'écume
               du corps désorienté
   

               la femme la tête en bas
                                                                voit maintenant l'envers des mots

           
               elle s'arrête de frémir
                         
⌠ c'est alors que la voûte s'agite
pour que des muscles invisibles et des signes caracolent
une voûte tangible comme celle de la bouche⌡
           
             
               la femme absorbée par le piège du cercle :

        « comme un anneau de lumière sur la mer, j'ai senti l'entrave du reflet ! »


               doucement
               toute la chaussée du ciel s'étale
               le corps illimité de la femme
               s'arrête de prononcer
               la scène s'interrompt
               bleue noire
               poudrée


                             

samedi 23 mai 2020

M train - le démon chatoyant


                                      démon # 21 - destination

                                        démon # 40 - atmosphère

                                     démon # 47 - bord de route
                                                                   
                                                             Nothing can be replicated.
                                                 Not a love, not a jewel, not a single line.

                                      Rien ne peut être véritablement reproduit.
                            Ni un amour, ni un bijou, ni même un simple vers.

                                                                 
                                                                        _ Patti Smith, M Train



lundi 11 mai 2020

il venelle

Quand                                                                 
la vie t'écrit ?                                                         
                                              des lueurs d'air                                             
une main s'ouvre                                         
                            une chevauchée d'effets                             
et toi ?                              le vent m'aspire                     
la main signe                           se referme                 
et toi ?                les rythmes précipités

IIIIIIIIIIIIIIIII

en s'appuyant sur le pas des femmes
        elle reviendra aux phrases
           à la naissance du cou

tour à tour à sentir
le trop de passion
et le trait de grâce



dimanche 3 mai 2020