samedi 8 janvier 2022

Séparation

le coeur arrêté - janv.2022
l'arpège de la pluie 
console mes mains 
attachées à toi│

un filet d'eau 
sur ta bouche
coule encore│

ce souvenir délavé
de ton corps au mien
est océanique│

je cherche les palpitations 
des caresses passées 
au goût de sel│


samedi 1 janvier 2022

Je t'aime

 

— Je t'aime
qui peut sentir 
encore la nuit déserte
l'absence indescriptible
dans une poignée de lettres
le soubresaut d'une première fois
du papier brûlant dans la bouche
une année d'entrechoquements
le doute de la chambre claire
l'émoi de la chambre noire
ce qui fait corps et ombre
la vulnérabilité d'être
un corps suspendu
l'image incapable 
de vider le bain
de minuit

— Je t'aime
ne se désemplit pas
c'est impossible

— Je t'aime
comme mordre 
dans du pain

il faut marquer 
l'espace libre
pour goûter

de la nature des lèvres
je sais le silence de l'enchantement
le fracas aussi des blessures
je ne sais pas tout 
heureusement

— Je t'aime
mais qu'est-ce que c'est ?

la zone du désir
où donner est sans limite
la primeur des sens
qui s'agite
au fond

— Je t'aime
c'est l'inconnaissable 
la langue de l'Autre

immédiate
la lettre d'amour
des fragments de vie
devant nous

— Je t'aime
a tout le temps 
d'aimer




dimanche 14 novembre 2021

Le libre - livre - amour : Le livre de Promethea

 Jamais encore je ne m'étais sentie altérée de façon si organique et si suave. L'amour, je connais un peu. Moi-même je suis depuis toujours une pratiquante passionnée. Mais il est vrai que dans une naïveté fort épaisse, je m'étais jusqu'à naguère, toujours contenter d'aimer. Je croyais que cela suffisait. Attitude pondérée, risquée, mais sans aucun vrai risque : j'ai aimé, immensément, à grands frais de vie, d'âme, d'illumination. Je me suis livrée à ma passion d'aimer, avec le goût du faste immodéré qui est le mien, d'autant plus librement que cela ne dépendait que de moi. Alors quelle étourdissante prodigalité, quelle aisance dans l'épanchement : je n'avais qu'à couler.  Rien de plus naturel. Et si, en plus, j'étais aimée, alors tant mieux. Mais pour aimer je n'avais jamais eu besoin d'être assurée d'un échange. J'ai aimé des êtres aimants. Mais j'ai aimé aussi des dieux, des personnages rêvés, j'ai aimé mon propre père disparu, sans m'encombrer de considérations d'âges, de génération, de liens de filiation, j'ai aimé des mortes malgré la mort, j'ai aimé à mon gré, dans la plus autoritaire naïveté, j'ai exercé l'amour, je le vois enfin, avec une belle fougue et une violente bonne conscience, oui j'ai aimé très fort, sans demander mon reste et m'en excuser, avec galanterie, désintéressement, dévouement, etc... avec bon nombre de vertus un peu douteuses qui font le chic des grandes âmes. J'ai toujours beaucoup aimé aimer.

                                                                                                     La ligature - 2021

Est-ce que ça s'appelle amour ? Maintenant, je ne sais plus. Depuis que Promethea a attiré mon attention sur l'autre part de l'amour, je ne sais plus très bien que penser de moi-même. Je m'intrigue. Depuis que Promethea m'a demandé : « est-ce que tu as bien dit que je t'aime ? » —, et que je me suis surprise à ne pas l'avoir dit et ensuite à éprouver les plus grandes difficultés pour obtenir ces paroles de moi-même, je me suis sentie mortifiée. Je ne m'attendais pas à ce tour. Et alors — ça remue beaucoup de questions, nouvelles, anciennes, poignantes ; et aussi proprement philosophiques, mais celles-ci, je ne veux m'y attarder, je devine qu'il me serait bien commode de réfléchir de façon à la fois pointilleuse et désintéressée, et que j'en profiterais pour m'épargner les questionnements qui plongent trop près du coeur ou qui m'abîmeraient peut-être l'agréable portrait de moi-même dont j'ai tiré tant de force et de satisfactions. 


                                                                     _ Hélène Cixous, Le livre de Promethea
                                                                                      [Éditions Gallimard - 1983]


dimanche 24 octobre 2021

Au virage

 

suivre
une histoire
derrière ton coeur
écrire ici la route                                                                         
graver le sens
sur ton visage 
poursuivre                                                              
ta voix
attendre             
un geste           
attendre                                                                                     
encore                                                                        
attendre
les yeux 
nus
tourner 
tes mots
attendre là
tes chairs
emmenées 
vers la terrasse 
de ta mémoire 
emportée dedans
passer le manque
des lieux bannis
flairer un refuge
retourner le sens
sur ton visage long
me voir entièrement
peupler ta bouche
de sons plus hardis
et rouler une larme
arrêter le temps
le temps d'accord
traverser la terrasse
de cette histoire
je te délivre
au virage  

 


dimanche 26 septembre 2021

La chamade

................................................

si je n'ai pas cessé l'expérience du feu 
ni les plongeons dans la mer froide 
par-dessus les mots désorientés
c'est pour sentir le pouls des lettres 
sans autre itinéraire que l'amour
sous la flamme et sur la vague 

.............................................




jeudi 5 août 2021

Le gage d'amour


                                                      Les éphémères #44.63 - Bruxelles - août 2021                     

Son silence même. 
Pour une vérité nue à toute forme de sensations, dans la conscience de savoir qu'il y a un chemin unique à [re]garder, je parle du désir présent et éclipse le signe des espoirs athlétiques. Les corps entraînés à surpasser la distance, à survoler l'absence par des raisons enchaînées ne touchent pas le gage d'amour — je passe par une image sous le même silence.

« Arrange-toi, ma beauté, à libérer tes papillons. »



dimanche 25 juillet 2021

Éternelle George Sand et l'infinitude intérieure

La notion de l'infini peut seule agrandir un peu l'être fini que nous sommes, et c'est la notion qui entre le plus difficilement dans nos esprits. La discussion, la délimitation, l'épluchage et l'épilogage sont devenus, surtout en ce temps-ci, de véritables maladies ; à ce point que beaucoup de jeunes artistes sont morts pour l'art, ayant oublié, à force de causer, qu'il s'agissait de prouver par des oeuvres, et non par des discours. L'infini ne se démontre pas, il se cherche, et le beau se sent plus dans l'âme qu'il ne s'établit par des règles. 

                                                                             _ George Sand, Histoire de ma vie


                                                                                                                                          infinitude #2 - juillet 2021