jeudi 5 août 2021

Le gage d'amour


                                                      Les éphémères #44.63 - Bruxelles - août 2021                     

Son silence même. 
Pour une vérité nue à toute forme de sensations, dans la conscience de savoir qu'il y a un chemin unique à [re]garder, je parle du désir présent et éclipse le signe des espoirs athlétiques. Les corps entraînés à surpasser la distance, à survoler l'absence par des raisons enchaînées ne touchent pas le gage d'amour — je passe par une image sous le même silence.

« Arrange-toi, ma beauté, à libérer tes papillons. »



dimanche 25 juillet 2021

Éternelle George Sand et l'infinitude intérieure

La notion de l'infini peut seule agrandir un peu l'être fini que nous sommes, et c'est la notion qui entre le plus difficilement dans nos esprits. La discussion, la délimitation, l'épluchage et l'épilogage sont devenus, surtout en ce temps-ci, de véritables maladies ; à ce point que beaucoup de jeunes artistes sont morts pour l'art, ayant oublié, à force de causer, qu'il s'agissait de prouver par des oeuvres, et non par des discours. L'infini ne se démontre pas, il se cherche, et le beau se sent plus dans l'âme qu'il ne s'établit par des règles. 

                                                                             _ George Sand, Histoire de ma vie


                                                                                                                                          infinitude #2 - juillet 2021



dimanche 4 juillet 2021

L'épreuve étendue


ce n'est pas grâce à l'orage 
que les rivières bruissent
que mes mains parlent 
que l'amour s'embue

ce n'est pas vers le ciel
que les montagnes toussent
que mes jambes prient
que la révolte éclate                                                                               

                                                                                                                           
                                                                                                                                     essentielle épreuve - juillet 2021                        
                                                                                
ce n'est pas anodin                                                                         
que les arbres meurent 
que mon sourire pardonne                                                   
qu'une rencontre éclabousse

ce n'est pas dans l'ordre
qu'on doit épeler la vie
chanter à voix basse 
le désir plus fort

ce n'est pas au balcon
où les fleurs s'épanouissent
où ma douceur apparaît
pour sentir l'échine

ce n'est pas un pouvoir
aujourd'hui encore 
de traverser l'obscurité
et regarder l'épreuve
dans les yeux



dimanche 20 juin 2021

Bataille paradis

 

je tu et elle                  sont en lice
la pluie tombe sur mon épaule 
elle s'engage à l'impossible

l'eau de la phrase monte 
les caractères de nuit crépitent
derrière un sentiment d'orage
est-ce le paradis perdu ?

dans mon souvenir tu te lèves
la pluie tombe                  encore
je te relève contre mon épaule
tu t'essuies doucement les yeux
elle                   autrement
prend ma place 
c'est un subterfuge 
pour posséder

tu ne peux 
approcher la vérité
je m'endors avec toi
le ciel humide dans l'oraison
tu t'enveloppes de tous mes textes
 

au fond de toi
la bataille s'éclipse
elle, c'est le supplice passé 
                  
toujours au fond de toi 
tu fais le pari 
de surmonter
l'abandon
la réplique
les mêmes gestes 
c'est l'art
d'aimer



dimanche 6 juin 2021

Recherche pure


retenir le pas rêveur et lire souvent en marchant 
   il n'est pas impossible de tomber au premier mot abyssal
tremper les lèvres dans un souvenir océanique 
même les vieilles phrases peuvent rougir
 écouter en boucle une voix absente
une présence étale s'enfouit
١
revenir le pas plus affranchi et plus encore
est-il important de savoir dévaler les dunes ?
presser la joue contre du papier à lettres 
même la joie déborde du corps
dessiner la vie en points
avec une sensualité
pure




dimanche 23 mai 2021

Le fruit du vent


il y a un souffle que mes lèvres ne pourront jamais dissimuler
il y a un son qu'émettent les lettres pleines de ferveur
il n'y a pas de nuit croissante sans un ciel mûr
si le vent perce la fleur de la peau 
il veut que vibre 
le coeur rouge   

                                                                                                                                                                                          Zimmer 303 # 11 - Berlin 

autant
je peux sentir
la fleur teintée derrière le souffle
sans la peur de saisir
au coeur de la nuit
le fruit vert 
du vent

                                                                                                                                                                                                                                                                             

samedi 1 mai 2021

Dans je heureusement

 

  je reviens — saisir ma maison
                       rougir la musique
  pour les quelques échos 
       encore froids
  à l'intérieur 
  du son
                      
            la douceur murmure 
            le cri tient la voix

  je te dépose près de moi ?
   
            au fond des mots
            des heures d'attente

  je connais ce refrain

  je peux longuement sentir la vie
  mais pas toujours 
  la certitude est mensongère

            les odeurs se mélangent
            il n'y a pas de mal à ça
            ni bien ni bel accord

  je te balance 
  sur un tapis d'émois

  heureusement 
  je suis passagère