dimanche 19 janvier 2020

Les volets de l'oeil




                                                       parfois une direction recoupe le seuil intérieur



 avec l'impression suave d'une correspondance


                                       
                              Numéros : 2616 │2617 │2621 │2636 │2637 │2640
                                                                 [Le train - Bruxelles I.2020]



lundi 13 janvier 2020

Le trésor derrière le jeu



la lumière
s'est éteinte
sur des lampes
toujours ouvertes
et toi, tu as cherché
sous ta nuque

—  quoi ?



 
   le mal
   la neige
   où ta parole
   la loi ?


                                       —  non
                                       l'irrésistible nécessité !



mercredi 1 janvier 2020

Le câble de fibre

le corps dure
le corps sent
      les deux faiblesses
             de la force
          et
             de la fragilité
                           liées


lundi 30 décembre 2019

Era ( la boucle )





L'écriture comme un dessein blanc.
Je lève la tête dans le ciel de nuit.
J'aperçois l'exception de l'éloquence.
Ses doigts gauches si différents.
La phase de la lune sourit.
Et le galbe des lettres danse.









vendredi 20 décembre 2019

De la vie par Balzac ( enjambement silencieux )

                                                 

                                                   DE LA VIE ÉLÉGANTE.
                                                                            I.
Le but de la vie civilisée ou sauvage produit le repos.
                                                                           II.
Le repos absolu produit le spleen.
                                                                           III.
La vie élégante est, dans une large acception, l'art d'animer le repos.
                                                                           IV.
L'homme habitué au travail ne peut comprendre la vie élégante.
                                                                            V.
Corollaire. Pour être fashionable, il faut jouir du repos sans avoir passé par le travail, autrement gagner un quaterne, être fils de millionnaire, prince, sinécuriste ou cumulard.

                                                  DE LA VIE D'ARTISTE.       
L'artiste est une exception : son oisiveté est un travail, et son travail est un repos ; il est élégant et négligé tour à tour : il revêt à son gré la blouse du laboureur, et décide du frac porté par l'homme à la mode, il ne subit pas de lois : il les impose. Qu'il s'occupe à ne rien faire, ou médite un chef d'oeuvre, sans paraître occupé ; qu'il conduise un cheval avec un mors de bois, ou mène à grandes guides les quatre chevaux d'un britchka ; qu'il n'ait pas vingt-cinq centimes à lui, ou jette de l'or à pleines mains, il est toujours l'expression d'une grande pensée et domine la société.


                                                                         
 [...]

                                                                      § 1er.
                                PRINCIPES OECUMENIQUES DE LA TOILETTE.
Les gens qui s'habillent à la manière du manouvrier, dont le corps endosse quotidiennement, et avec insouciance, la même enveloppe, toujours crasseuse et puante, sont aussi nombreux que ces niais allant dans le monde pour n'y rien voir, mourant sans avoir vécu, ne connaissant ni la valeur d'un mets ni la puissance des femmes, ne disant ni un bon mot ni une sottise.
Mais, « mon Dieu, pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu'ils font ! »
S'il s'agit de les convertir à l'élégance, pourront-ils jamais comprendre ces axiomes fondamentaux de toutes nos connaissances ?

                                                                       XI.II
La brute se couvre, le riche ou le sot se pare, l'homme élégant s'habille.
                                                                       XI.III
La toilette est, tout à la fois, une science, un art, une habitude, un sentiment.



                                       _ Honoré de Balzac, Traité de la vie élégante. 1854



photos : Pitti Immagine Florence . 2019















mardi 17 décembre 2019

La grève


 on se blesse
     étroitement
        à définir
la place creuse
des sensations
la vague comble
est plus forte
du fond de nous
excitation et marche
la vague ponctuée                                                   
d'une injonction
vents non alignés
sur la bouche

                                      mais
                                      du malaise
                                      du sol sableux
                                      on se redresse
                                      et en bordure
                                      des galets
                                      toujours
                                      froids

                                                                        entendons-nous !

sur la trajectoire
les hautes sensations
sont comme calligraphiées
par coeur entraînant
les voies secrètes
pour surmonter
en ça chasser
les écrits
languis

du fond
de nous



foule la place immortelle !






lundi 2 décembre 2019

" Nie Wieder Krieg " ( plus jamais la guerre )


                                                                                statue de Käthe Kollwitz  
                                                      Kollwitzplatz, Prenzlauer Berg 
                                                                          Berlin - 31 Juli 2019

d'une même histoire captive, d'une même main, naissent des textes différents. D'année en année, d'heure en heure, la perception des choses bouge, si mobile en soi. Elle gravite vers l'extérieur comme un astre prêt à percer la croûte terrestre. Elle sait être atome irréductible sous le déhanchement des mots. Elle a ce pouvoir d'éclipse dans la jeunesse des doutes et lune rayonnante à l'âge mature. Elle note le délire qu'elle rature d'un léger coup de cils, et parfois le délire reste sous la frange.
Mais ce jour-là, les paupières se sont déchaînées, les mains ont crevé les ombres busquées aux arbres, tout un square est apparu lieu paisible face au ventre combattant d'une mère