jeudi 15 août 2019

Mouvance

        j'ai écrit des carnets de nuits
                toujours à l'encre noire
                 mais la lune indécise
                           toujours
                      s'est éclipsée
                      sans la caresse du bruit

                         alors
                les nuances ont chaviré
            les automnes ont sangloté
      belle allure d'un refrain
      sans que je puisse
          penser
      après minuit

               tout le monde s'endort
               comme ça
     par ces mots simples
     tous les désirs s'endorment
               comme ça aussi
                  dans l'ombre
                  de soi-même



samedi 3 août 2019

Umdenk │Situation











                                       ║K.D │The Proof │Hingabe │die wilde Rose
                                        Amazonen - H. Bellmer hommage │Uh-huh
                                                     le rideau déchiré │Gute Nacht

                                                  [Berlin - Friedrichshain -VIII.19]
             

mercredi 24 juillet 2019

vendredi 19 juillet 2019

Le biais sensible

                                  peut-être est-ce si fort
                                            qu'un sentiment
                                            signe la boucle

          le deuxième regard est un lacet
                   recouvert d'une fine raison
            des années sur la même corde
                                         sans trace écrite

le premier était une gueule noire
un beau dessin primaire
sur une robe blanche


mercredi 10 juillet 2019

dimanche 7 juillet 2019

« J'entends » les Femmes ║ Delphine Seyrig par M. Duras

Delphine Seyrig & Maria Schneider
sur le tournage du film documentaire
Sois belle et tais-toi - 1976

Delphine Seyrig est née au Liban en 1932. «Dans la plus belle lumière du monde», dit-elle. De l'enfance protestante, de la culture, du ciel rose du mont Liban et de Balbek sont venus l'intelligence de l'art et de la vie, la grâce austère du maintien, la loyauté absolue, le dégoût presque traumatique du mensonge, etc. Le reste, c'est elle seule. Mais «elle», qui c'est ? On a calculé qu'il faudrait des centaines de pages pour décrire rigoureusement le pas de l'homme, et dans ses causes musculaires, nerveuses, et dans ses efforts. Combien faudrait-il de pages pour décrire un sourire, un regard, l'inflexion d'une voix ? Mille ? Tout ce que je peux faire, c'est vous donner envie d'imaginer à votre guise la femme qui se nomme ainsi : Delphine Seyrig. [...]

Ce visage maigre - en dehors de toute mode - sur lequel est posé le sourire de l'humour universel, ou de l'intelligence - c'est pareil -, il est aussi imprévisible que celui d'une inconnue de la rue. Et cela, chaque fois qu'on la revoit. c'est ce qu'elle appelle varier. «Je ne crois pas aux "emplois ". On varie quand on peut varier... Ce qu'on appelle l'emploi, c'est une disponibilité entière. »

Nous en arrivons au dernier départage entre elle et les autres : la façon de parler : «On dit que j'ai une drôle de façon de parler, c'est bien vrai, j'ai une drôle de façon de parler, mais c'est ma façon de parler dans la vie.» C'est vrai : entre la comédienne et celle qui parle au petit garçon qui habite la maison, aucun décalage. Je trouve une image et je vous la donne : elle parle comme quelqu'un qui vient d'apprendre le français mais qui n'en aurait aucune habitude et qui éprouverait un plaisir extrême, physique, à le parler. On dirait qu'elle vient de finir de manger un fruit, que sa bouche en est encore tout humectée et que c'est dans cette fraîcheur, douce, aigre, verte, estivale que les mots se forment, et les phrases, et les discours, et qu'ils nous arrivent dans un rajeunissement unique.

Pour ma part, j'aurais pu l'engager sur sa seule voix au téléphone, sans la voir. Il y en a qui ne la supportent pas, de moins en moins à vrai dire. Il y en a d'autres qui en sont intoxiqués. Moi : avant qu'ils soient distribués «j'entends» tous mes textes lus par Delphine.

Cette voix irréaliste, cette ponctuation absolument imprévisible et qui va à l'encontre de toute règle, c'est aussi Delphine Seyrig. [...]


In «Outside», POL 1984. Première parution dans «Vogue», 1969.

 — Marguerite Duras ( Libération du 17 octobre 1990 ).



                                                              Trailer : insoumuses - 2018
                                                                      documentaire réalisé par Callisto Mc Nulty 
                                                                             


lundi 1 juillet 2019

88

                     un cahier plein
                     a la clé du vide
                ouvre un pli de ma plaie
      fait des lambeaux de ses guerres serrées
                                       
                               alors oublie la trêve !

      fais de la mort d'une promesse
               de la dentelle charnelle
               une kyrielle de corail
               de ton sang froid
               le murmure nu
               des veines
               le giron
               la mer
               levée