vendredi 13 juillet 2018

Douai sienne

        
                               Douai
                          peut (-) être
                       la soif du coeur
                   l'épreuve du corps
               les courbes en écluse
             des ventelles en O
          des veinules sobres
         au désirable : rêve !
         le canal est père
         la tête est mère
          deux raisons
            d'amour
              sienne
     
           plus haut
         la lune de fer
        appuie au temps
        sa loi mélancolique
        déroulant une voûte
        contre les nuages
         et vide la nuit
           mon ventre
            de raison
         
  (néanmoins au corps)

           "soleil
           et chair"
       fou mirador
       le paradoxe
        du poète
           —
       serre
          -
       moi !




Tomber du jour




samedi 7 juillet 2018

Maria Polder


                    des yeux
                         verts
                 de la passion crue
             du soliflore
        des coursives
      des ardoises cassantes
   du reste du port altier
 de la mante de femme
du ventre tendu
je me détoure par coeur
 l'invisible commence
    le quai sera nu
     
                    la
                  lave
               en gelée
            sur les ondes
 cintre les bras du rêve
      reins de nuit en enclos
        corps blotti au vocable
        corps plus ciselé dessous
  qu'avant la chape du manque
                        fontaine crédule
                               dévorante
                       puits en fin
                          kyrielle

      meurt la caresse
   en eau de feu !


― chaud-froid sur ma bouche aguerrie
― chute coloniale des fantômes
dans les lettres inconciliables
mon poison me sauve
ma raison m'allaite

si peu de différences
dans l'abandon


     l'émoi égal à la nature
   l'ombre brune dans du musc
 enduit sa peau réciproquement
paradoxe du film pour l'absence
et de l'affection en retournée


  Savane vive
  je suis de baume
à cette partie cachée


 

Water │depth gauge │skin bonds


                                                   Jonny Greenwood, Water (live) 2014
                                               & the Australian Chamber Orchestra



                                                       If  I were called in
                                                      To construct a religion
                                                       I should make use of water.

                                                       Going to church
                                                      Would entail a fording
                                                      To dry, different clothes ;

                                                      My liturgy would employ
                                                      Images of sousing,
                                                      A furious devout drench,

                                                      And I should raise in the east
                                                      A glass of water
                                                      Where any-angled light
                                                      Would congregate endlessly.

                 

                                                                _ Philip Larkin, Water
                                                         [from Whitsun Weddings, 6 april 1954]




lundi 2 juillet 2018

mardi 26 juin 2018

Nuances


                     quand la parole cherche
                           son accord
                        la beauté bleue
                     mais rien d'éblouissant
                 un médium imprégné de l'aurore
                    quand on se brûle au mirage
                 un phénomène hérissé d'ombres
                    quand en contre-jour du désir 
                        la bouche nerveuse
                          jaillit un reflet
                             comment ?

                                 
     
 

lundi 25 juin 2018

Délit d'élégies : sur les eaux de Verlaine


Délit d'élégies
Verlaine Cellule 252 - Turbulences poétiques
[Mons Belgique Janv. 2016]
                               

                                     [...]
                                     Parfois si tristement elle crie
                                     Qu'elle alarme au lointain le pilote,
                                     Puis au gré du flot se livre et flotte
                                     Et plonge et, l'aile toute meurtrie,
                                     Revole et puis si tristement crie !

                                              Je ne sais pourquoi
                                              Mon esprit amer
                              D'une aile inquiète et folle vole sur la mer :
                                              Tout ce qui m'est cher,
                                              D'une aile d'effroi
                              Mon amour le cherche au ras des flots. Pourquoi ?
                                 Pourquoi ?




                                             _ Paul Verlaine, Sur les eaux. ( Brux. Juillet 1873)
                                                          Cellulairement, suivi de  Mes Prisons
                                                                          [Poésie/Gallimard]