jeudi 26 mars 2020

Alma

     
                                                                                                  ⌠Traversée


mercredi 25 mars 2020

Derrière les murs dort le sommeil

Des jours vont venir qui passeront sur moi, longs et sans désirs, et ma curiosité se fera douce comme une veilleuse dans la chambre d'un convalescent. Je m'approfondirai dans les secrets de ma conscience tumultueuse. Les grands incendies qui nous enflamment de science, de haine ou d'amour dormiront sous la cendre, je pourrai respirer ma vie d'un souffle égal. - Est-ce donc là ce que je venais chercher ?
Toute ma soif va-t-elle enfin s'apaiser, et pour combien de temps ?
Une pensée de bon nirvana amollit déjà mon coeur : le désert que j'ai traversé était celui de mes désirs. Quand ma volonté se réveillera, il me semble qu'elle voudra des choses nouvelles et que je ne me rappellerai plus rien des souffrances du passé. Je rêve d'un sommeil qui serait une mort, et d'où l'on sortirait armé, fort d'une personnalité régénérée par l'oubli, retrempée dans l'inconscience...


                                         _ Isabelle Eberhardt, extrait de Vie nouvelle
                                                                     [Ecrits sur le sable Tome 1]

                                                                                   
                                    Massive Attack & Burial & Hope Sandoval
                                         [Four Walls / Paradise Circus - 2011]
                


mardi 17 mars 2020

Regarde par là

notre respiration
est aux confins de l'horizon
plusieurs fois à regarder
des fenêtres arrogantes

partout
où je porte les yeux
passent des secousses

tout est court
tout s'emporte
et la lumière si dévoreuse
devant nos mains déserteuses
jaillit un silence immotivé

         je lis les pulsations
         j'écoute la distance
         je mords les jours

            — et maintenant la langue cherche la musique !

c'est une sensation dressée droite
qui voudrait sortir
mais ...

                       « Le calme c'est le soupir. »



dimanche 1 mars 2020

Peau neuve │dénouement


                           Ces deux photographies ont été réalisées un même jour,
                                              aussi un dimanche, en janvier, cette année.
                                               Quelques minutes matinales les séparent.

Si je reviens aujourd'hui à la lumière
comme une cascade sans commandement
qui fend, qui fond et façonne la toile d'un ciel,
c'est parce que le vent frais a ses vertus.

                          Je me suis crée une forêt en habit de jardin
                           et tous les jours sont suspendus au temps,
                               tige étoffée à tête d'eau vers l'intérieur.
                                    Feuillage rutilant
                                                  Terres creuses
                                       j'écris de plus en plus vite
                                        je ne sais rien 
                                                      aussi
                                       un rai a percé ma chair
                                    et c'est la fin d'une rampe.


Peau neuve - Série suspendue #09 & #10 ⌠Série froide publiée sur S ͣ │ͭ۟ Ѻ¨S  
           

samedi 15 février 2020

Pas de parole de Temps profond

                                   

30 juillet 1977 ( samedi ). — Sur la route.

     Quand je pense à la littérature, c'est comme à quelque chose qui se trouverait devant moi, un peu sur le côté, une masse indistincte qui attendrait, extérieure à mon approche comme à mon désir.
Mais elle est agressive dans son opacité, elle dit :
« Mais qu'est-ce que tu veux ?
Mais qu'est-ce que tu voulais ?
Mais qu'est-ce tu vas vouloir encore ? »
Quant à moi, j'ai choisi une fois pour toutes mon mode de réponse :
« Mais rien !
Je veux écrire sans phrase, je suis un homme sans réponse », etc.
Au fond, l'un de nous deux est de trop, l'un de nous deux n'a pas de parole.
La littérature est comme une encre de Michaux, un écheveau de gestes noirs en suspension. Et puis nous roulons, la route tourne beaucoup, nous dépassons un groupe de maisons ratatinées. Nous traversons en trombe un savon sombre, pluie douce et air de rien, dans un léger crissement dû à la vitesse, et je me dis que tout ça va très bien avec un horizon court, un voyage qui ne finira jamais, et cette boule obscure sur le côté qui fait l'intarissable.


                                                           _ Denis Roche, Temps profond 
                                                                     Essais de littérature arrêtée  
                                                                                                       1977-1984


Henri Michaux, Par la voie des rythmes - 1974

                                   

dimanche 9 février 2020

Le doigt et ses autres lettres

  
                                                                                             Numéro 2608
                                                                          [Le train - Bruxelles I.2020]


mercredi 5 février 2020

In-folio


qu'est-ce qu' un pair ?
   — possession passive
          — amour criard
       — imagier plat
       peut-être
       n'ai-je jamais su
    comment rayonne
un soliflore à la fenêtre
     
         ▫
       
un pair à l'indicatif
où la magie meurt transie !
j'ai couru autour de ses lianes
qu'il avait transformé en chaines
toutes mes palpitations en ceinture
naturellement - il ne m'a pas vue
.......................................................
puisqu'il faut tout un monde en noms
et l'attrait commun du solennel
un aura étalé sa grande classe
les malaises tant à la mode
tenue sacrée dans le rang
quelle joie soudaine
de se tirer d'affaire !
parce que
bien fébrile
au fond du siège
dans les hauts bosquets
de sa belle chambre froide
j'étais l'attente in-folio
aux fleurs fanées