samedi 8 juin 2019

samedi 1 juin 2019

Les souvenirs en paravent

première image sans contour
qu'aucun mot ne concentre en elle
ni toucher ni miroir ni fenêtre
pas plus lumière seule
par les preuves
du temps
rien qu'une histoire
solide comme l'écrit
en dehors peut-être
d'une forme deçà
delà
le recul
l'insaisissable



mercredi 29 mai 2019

vendredi 17 mai 2019

Scholie

cela semble si simple
par-dessus l'épaule
prendre la lumière
sans force
sans certitude
          et trouver si juste
             après la nuit réelle
                   sous un abri pâle
                        un autre jour éprouvé


         la composition parlante
          comme une musique
               au corps
            scandée
              sur le fil




dimanche 5 mai 2019

Au ventre

        sensible en boucle  cruellement  mon amour
                de la sensibilité même du méandre    la vérité manque
  l'empreinte a saisi ton précipice   d'où le crépitement 
                     tu ne vois plus que dans ta chair
         sans cesse  en écritoire    les paysages de ta nature se décomposent
             en ça  il faut toucher le verbe avant de redécouvrir le fond
               du silence       .silence.      son double     la reprise au travers
           liquidation formelle   l'écume s'échappe des dunes entre tes doigts
       c'est phénoménal   tu adviens à une présence absente
  tu invoques le dernier roseau  le buste dérobé mais stable
  tu t'appuies contre sa moelle
         devant l'onde du mouvant illimité 
  tu n'es plus rétif

                           mon amour invisible n'est-il pas l'espoir ?
       
 là - par
« ce décor »
bruissante à l'image
la déchirure de la toile de fond
semble chasser
tout le temps
en sursaut
sous l'averse
le vent

                 quand vient une autre image immobile
                         le désir pareil à l'entame d'une lecture
                         le vertigineux pareil au murmure intérieur
                         le geste renversé pour se tenir à soi-même

     dès lors ton regard
     mon amour
             dissout cette liberté violente
             de mes doigts à tes yeux
             la note du sismographe

    nature
 comment te portes-tu ?

 — du déroulement gelé
cran sensible au corps     d'une brûlure à degré absolu
     l'immanence résonne et sauve
           la vie vibre        mon amour fixe
              c'est le dénouement d'être !


     le jour a raison
     en réserve
     c'est toujours la nuit



dimanche 28 avril 2019

samedi 20 avril 2019

La ballade au couteau


          je vous balade
          clair de jour
          ciel qui court
         dans ma voix

                         je me répète
                       ailleurs le jour
                 en tailleur le mot
                     juste et sentimental

          je digresse
              fend le monde
        en deux corps
             comme un fruit

                       j'étale des images
                    vous ne comprenez pas !
                     je suis la place vide
                     dans un dialogue
   
           je vous balade
           au fond de vous
           jusqu'à la lie
           du vers