lundi 2 décembre 2019

" Nie Wieder Krieg " ( plus jamais la guerre )


                                                                                statue de Käthe Kollwitz  
                                                      Kollwitzplatz, Prenzlauer Berg 
                                                                          Berlin - 31 Juli 2019

d'une même histoire captive, d'une même main, naissent des textes différents. D'année en année, d'heure en heure, la perception des choses bouge, si mobile en soi. Elle gravite vers l'extérieur comme un astre prêt à percer la croûte terrestre. Elle sait être atome irréductible sous le déhanchement des mots. Elle a ce pouvoir d'éclipse dans la jeunesse des doutes et lune rayonnante à l'âge mature. Elle note le délire qu'elle rature d'un léger coup de cils, et parfois le délire reste sous la frange.
Mais ce jour-là, les paupières se sont déchaînées, les mains ont crevé les ombres busquées aux arbres, tout un square est apparu lieu paisible face au ventre combattant d'une mère



samedi 23 novembre 2019

Sous cape

un excès d'images
dans une illusion
le feutre entre les doigts
sous cape comme ces doigts
qui murmurent jusqu'à la nuit
ce qui s'accélère à chaque lever
nourrit l'imagination impatiente
rompt avec l'invisible
parce que demain est illisible
entendre les doigts qui s'étirent
jusqu'à ce que la force s'emballe

tout comme
un excès de formules
que la mémoire protège
et sous cape l'inspiration
pour la musique qui se mange crue
mais de plus vive protestation
aux soi-disant génies
des marches
à suivre


aujourd'hui
l'air s'échappe
des excès écrits
et toute l'intensité
des promenades intérieures
ramasse les feuilles blanches




jeudi 14 novembre 2019

Les années d'Annie Ernaux │ Les gestes et les pots

Hors des récits, les façons de marcher, de s'asseoir, de parler et de rire, héler dans la rue, les gestes pour manger, se saisir des objets, transmettaient la mémoire passée de corps en corps du fond des campagnes françaises et européennes. Un héritage invisible sur les photos qui, par-delà les dissemblances individuelles, l'écart entre la bonté des uns et la mauvaiseté des autres, unissait les membres de la famille, les habitants du quartier et toux ceux dont il était dit ce sont des gens comme nous. Un répertoire d'habitudes, une somme de gestes façonnés par des enfances aux champs, des adolescences en atelier, précédées d'autres enfances, jusqu'à l'oubli :

                                     sans titre - les pots

manger en faisant du bruit et en laissant voir la métamorphose progressive des aliments dans la bouche ouverte, s'essuyer les lèvres avec un morceau de pain, saucer l'assiette si soigneusement qu'elle pourrait être rangée sans lavage, taper la cuiller dans le fond du bol, s'étirer à la fin du dîner. Se débarbouiller seulement la figure chaque jour et le reste selon le degré de saleté, les mains et les avant-bras après le travail, les jambes et les genoux des enfants les soirs d'été, le lavage en grand réservé aux fêtes                empoigner les choses avec force, claquer les portes. Faire tout avec brusquerie, qu'il s'agisse d'attraper un lapin par les oreilles, donner un bécot, serrer un enfant dans son giron. Les jours où le torchon brûle, entrer et sortir, bouger les chaises                     marcher à longues enjambées en balançant les bras, s'asseoir en se jetant dans le siège, les vieilles femmes en enfonçant le poing au creux du tablier, se relever en décollant d'une main rapide la jupe restée dans les fesses                    pour les hommes, l'usage continuel des épaules transportant la bêche, des planches et des sacs de pommes de terre, les enfants fatigués au retour de la foire                   pour les femmes, des genoux et des cuisses coinçant le moulin à café, la bouteille à déboucher, la poule qu'il faut égorger dont le sang goutte dans la cuvette            parler fort et de façon grondeuse en toutes circonstances,
comme s'il avait fallu se rebiffer contre l'univers depuis toujours.


                                                                             _ Annie Ernaux, Les Années



vendredi 8 novembre 2019

Infusion


                    je me suis drapée
                    aux fumées chaleureuses
                    et je n'ai pas bougé
                    la tête basse

     j'ai étreint l'odeur qu'ont les paroles
     et j'ai chanté l'air de leurs volutes
     mais sans dessus sans dessous
     ce n'est qu'un bruit d'organe

                   j'ai pourtant essayé de dépeindre
                   la courbe vertigineuse du signe
                   mais dedans ou dehors
                   personne n'entend



jeudi 31 octobre 2019

U comme aimant


sans doute                   
                                                             en ça
                                                      vous vivez
                                               comme l'aimant
                                            naturellement porté
                                         à une moitié de choses                                                           
un état
d'innocence
naît
Ralph Gibson : La trilogie │ autoportrait
Pavillon populaire . Montpellier 2017 
en vous ... mais
hors de vos yeux
à cet instant
vous sentez
voyant.e
quelqu'un                                                                  d'autre
que vous
tisser
un manque
à travers
ce que vous êtes
présent.e                                                           
éloigné.e
de
celui
qu'elle ou il
appelle
Unique



dimanche 20 octobre 2019

Une nature fraîche

                                         soulève les paupières
                  à la question éprouvante du signe et du regard
           elle est un kaléidoscope amoureux dans l'entre-deux mot
                maintenant tu peux tout voir à la sortie de ta peau
                      même l'angle mort du corps dans le texte
                                même la joie rosée dans le noir
     


                                                                                                 [Paris - 19 octobre 2019]