dimanche 7 janvier 2018

Éparse






Tête l'ombre (trompe-l'oeil)

           
                   Née comme ça
              —  en chien de fusil
          dans un canal de lumière
              — mon canal de rivière
                          Sensée (...)
                    où je suis sandre
               follicules fusiformes
      le phonème caillé sur la valve
    ressac géminé depuis la cardinale
sous le flanc bleu passé de la matrice
carence de corps verdissant un ravin
  muscle leste - épaules ondoyantes
           — canal (issue) de larmier
                 à la dernière goutte !


jeudi 4 janvier 2018

Le serrement de Lyne



                                                   Serrement  [Mines et carrières] 
                     barrage qui empêche l'envahissement des galeries par les eaux 



lundi 1 janvier 2018

Au stylet ( message de bascule )


Le message #1

            Réfléchissement par des images approchées sur la pierre de touche. 
            Espace d'un monde aussi infini qu'il soit, 
                                                 devienne plus mince par notre regard. 
                                Nous sommes à un point, l'écart de l'entrevue
                                Nous sommes les imprévisibles faits, 
                                       le temps pris et le temps donné, 
                                le cheminement de ces mêmes images insondables.
                                             En nous, 
                                il y a le dessein de ces ombres ciseleuses de l'invisible 
                                                                   et la suite des points du renouveau.
                                                                                                 


dimanche 24 décembre 2017

Trille frugal


      Soudain au ventre
              le tambour du feu
             mêle son air centaure
      à la crudité de ton auge d'eau
             candi sur la douce du thorax
           — je me hâte de rentrer - la nuit
       provoque la notion de la lampe
     en rigole sur l'affleurement
     des pas montés au coeur
     tournure chevrotante
       ..., restes en selle !


mercredi 20 décembre 2017

Le vivant Éros énergunème / antre de la Sibylle



                                    Un ange coupé en deux par un coup de canon,
                               et dont les deux parties se rejoignent incontinent.
                                                                                 
                                                                                                Voltaire


                                                                                    ◊


                              Depuis leur histoire, je vois ces forces
                              Élire peu à peu une réalité où nous devons
                              Entrer. Cette forme désormais dans le champ
                              Dont je le reproche de grignoter le monument
                              Fais-lui assaut, ou dans quels domaines
                              Se pourrait-il qu'une nuit je la visse passer
                              Même ( comme elle l'évoquait un soir ) vêtue
                              De deux ou trois choses saines et peu coûteuses
                              De moi, séparée de moi, gouffre par coeur/
                              Pendant 6 mois      mais d'abord une semaine
                              La plus grande partie de ce qu'elle a d'étroit
                              Est une mauvaise pitance à casser par le milieu
                              Encore qu'elle soit toujours prise sous le
                              Calque de son parfum, encore que ce soit elle
                              Qui me dise d'éteindre ou d'allumer/


                                                       _ Denis Roche, Éros énergunème
                                                                  suivi du poème du 29 avril 62
                                                              Poèmes, Collection " Tel Quel"
                                                                          [Éditions Du Seuil]



                                                       J'ogive pour toi - je grandis la vue
                                      Les photographies sont interminables
                                                     toi ma reprise en spirale de l'exception
                               tu ne connais pas le terme, ce n'est que le début !




vendredi 15 décembre 2017

Première scène




Le bruit des lettres vient délicatement s'échouer sur la baie et la baie est formelle, le souvenir d'une eau durable a une consistance indissoluble. Première femme porteuse d'ondes ou femme née des contractions du temps, il y a toujours une ombre qui fait tanguer la certitude. Le bruit recommence. Il est incessant et il est la maturité. Il filtre goutte à goutte, point par point, une encre diatomée que ses propres réflexes enserrent. Première instance d'après la nuit songeuse sous la lie, premier enlèvement de mots sur un amour.