dimanche 20 octobre 2019

Une nature fraîche

                                         soulève les paupières
                  à la question éprouvante du signe et du regard
           elle est un kaléidoscope amoureux dans l'entre-deux mot
                maintenant tu peux tout voir à la sortie de ta peau
                      même l'angle mort du corps dans le texte
                                même la joie rosée dans le noir
     


                                                                                                 [Paris - 19 octobre 2019]

mardi 15 octobre 2019

Le roulis

il y a des années épiques
quand le feu s'enlace à l'eau
et du désir dans tous les poèmes
tu es l'éclair et tu brûles
la courbe en flèche supplice
   au devoir te décrire
     
sous ta langue
il y a des phonèmes absolus
la consistance du sang
et le rapprochement
des doigts frileux

il y a aussi - pour la beauté
ai-je dû passer un jour au-dessus ?
une volonté ronde et lente
quand tu ondules
entre les émois
flottants


mais voilà
dans cette faim
faisant des images
la vue est imprenable
dans le ressac de tes lignes



mercredi 9 octobre 2019

Quand nos yeux se touchent ⌠organsin au sujet du jour⌡

                                                              organsin #

           « Quand nos yeux se touchent, fait-il jour ou fait-il nuit ? »


      Est-ce le jour, ici, à cet instant ?
Et cet instant appartient-il au temps ?
Au temps de la terre ?
Au temps compté par ce tour de la terre
qu'on appelle la course finie d'un soleil ?
Est-ce un jour ? Est-ce la nuit ?
Faudrait-il faire la nuit, faire paraître la nuit pour regarder l'autre
ou pour se voir regardé par l'autre ?
Pour voir l'autre nous voir, soit à la condition qu'alors
nous ne voyions plus la visibilité,
seulement la croyance de ses yeux ?
Est-ce cela, la nuit, notre première nuit, le premier sens,
le sens fort du mot « nuit » ?
Le premier qu'il nous faille avoir le goût d'entendre,
avant de voir ou de toucher ?
[...]
Celle-ci : si improbable que cela paraisse,
j'ai cru déchiffrer cette inscription anonyme sur un mur de Paris,
Comme si elle avait voyagé depuis les rives d'une autre langue
(« Quand nos yeux se touchent, fait-il jour ou fait-il nuit ? »).
Elle m'aurait inspiré le désir de la réciter, purement et simplement,
en exergue à ce que je voulais écrire, depuis longtemps,
pour Jean-Luc Nancy,
celui que j'appelle à part moi le plus grand penseur du toucher de tous les temps.

– De tous les temps, vraiment ?



                                 _ Jacques Derrida, Le toucher, Jean-Luc Nancy
                                                            [Éditions Galilée]
                                             


vendredi 4 octobre 2019

Train de nuit dans la rosée *

                       
                         on peut se demander si écrire répond à une question
                                ou si appeler un mot est le désir de s'interroger
                                    sur ce qui fait le jour et ce qui berne la nuit
                                                contre le rêve  dans l'abîme
 
                                                     comme la naissance
                                                       au sommeil long

                                         on continue à voir la pluie miroiter
                                mais tout filet brillant sera toujours brillant
                          ce qui passe entre les doigts est trop ténu pour luire
   

   
      * inspiré de la nouvelle de Kenji Miyazawa 
               " Train de nuit dans la Voie lactée "
                      écrite en 1927 / publiée en 1934
         

mercredi 25 septembre 2019

Opopanax


                                                                                    j'ai écrit —Amour
                                           puis j'ai fui la destination
                                                                              le coeur érige une capitale
                                                                                           en dédale capiteux

dimanche 22 septembre 2019

À contre-courant


  à gravir son image
 les ondulations grondent
personne ne peut voir ses yeux
   
        un mur en vers
    une écriture en glyphes
personne ne sait recommencer
  le même refrain
   en surface
     
je n'ai jamais pu comprendre
le courant des choses qui revient
où tout contre moi-même
je suis un éteignoir