vendredi 3 mars 2017

Tant qu'il y aura la poésie par Christian Prigent ( et le juban )



                                                 faire déjà la figure d'une montagne
                                                  souligner la force moite de la pente
                                                         un juban en forme de chaos
                                                       
                                                                             
                                                                                       ◊
 
_ Tant qu'il y aura ça, au moins ça ( c'est-à-dire qu'il y aura du parlant, de l'humain, de l'humain inquiet ), il y aura une exigence de "poésie". Et d'abord bien sûr contre la poésie, dans le meurtre de la poésie, dans la poésie comme mise en cause de la poésie.
Et dans des formes bien évidemment imprévisibles. Dans des formes qui ne seront  jamais que des trous d'indéfinition dans les formes sues, les images fixées, les codes appris, les objets labellisés " littéraires". Des formes qui feront difficulté et rupture parce qu'elles décideront justement d'une impossibilité de clore, de conclure, voire de faire "oeuvre". Des formes qui mettront à chaque fois la littérature en crise. Des formes qui seront quelque chose comme le nom de cette inquiétude qui pousse à ne pas se contenter de l'expérience du monde telle que la fixe la langue que nous parlons ensemble mais à re-présenter et à piéger cette représentation - à la refaire.
                                                   _ Christian Prigent, À quoi bon encore des poètes ?